Par GERALDINE BARRANCOS - 05/03/2020

Élections municipales : les détenus ne pourront pas voter en prison

Élections municipales : les détenus ne pourront pas voter en prison

Malgré le « succès » du premier vote en prison lors des élections européennes de 2019, les détenus ne pourront pas voter aux élections municipales. L’administration pénitentiaire a fait état de « difficultés organisationnelles ».

Lors des élections européennes de mai 2019, pour la première fois en France, des prisonniers avaient pu exercer leur droit de vote au sein même de leur établissement pénitentiaire.

Les 15 et 22 mars 2020, les détenus enregistrés sur la liste d’une commune garderont deux possibilités pour voter : faire une procuration ou bénéficier d’une permission de sortie. Ces deux modalités, permises depuis 1994, sont très difficiles à mettre en œuvre et ne se sont jamais traduites par une importante participation. Environ 2 % de la population carcérale a ainsi voté lors de la présidentielle de 2017.

Pour rendre plus effectif le droit de vote, certaines annonces ont été faites pour 2021 :

  • Pour les procurations, les détenus n’auront plus l’obligation d’être inscrits sur la même commune que leurs mandants, en vertu de la loi relative à l’engagement de la vie locale et à la proximité de l’action publique, promulguée en décembre 2019.
  • Cette même loi prévoit également « l’inscription systématique » sur une liste électorale à l’arrivée en détention. Les personnes détenues pourront par ailleurs voter par correspondance aux élections régionales de 2021, « uniquement si elles s’inscrivent sur la commune chef-lieu du département » où elles sont incarcérées.